Nanga Parbat
Denis Urubko, Élisabeth Revol et Adam Bielecki

Pierre Le ClainchePierre Le Clainche

  • 5 juillet 2019
  • 3 minutes

La folle vie du sauveur d’Élisabeth Revol

Son nom, Adam Bielecki, vous est sans doute inconnu, et pourtant vous le connaissez. Ce Polonais de 36 ans et son groupe d’alpinistes ont sauvé la vie d’Élisabeth Revol en janvier 2018, sur les pentes glacées du Nanga Parbat. Nous avons lu son premier livre, ‘Le gel ne me fermera pas les yeux’, publié aux Éditions Guérin-Paulsen. S’il livre un témoignage exclusif sur les circonstances de cette mission de la dernière chance, cet ouvrage passionnant offre surtout une autre vision de l’alpinisme, méconnue en France. Sauver une vie au dépend…

Lire la suite
La montagne Nanga Parbat enneigée dans la brume

Roxane GuichardRoxane Guichard

  • 11 mars 2019
  • 2 minutes
  • abonné

Le Nanga Parbat, serial killer depuis 1895

Alors que le Britannique Tom Ballard et l’Italien Daniele Nardi ont été repérés morts sur l’éperon Mummery du Nanga Parbat samedi après-midi, retour sur les tragédies qui ont émaillé l’histoire de l’ascension du sommet mythique. Il n’y aura pas eu de dernière chance. Samedi 9 mars dans l’après-midi, l’ambassadeur d’Italie au Pakistan, Stefano Pontecorvo, a confirmé la mort des alpinistes italien et britannique Daniele Nardi, 42 ans, et Tom Ballard, 29 ans. Publié sur son compte Twitter, un cliché réalisé par le Basque espagnol Alex Txikon, leader de la cordée…

Lire la suite
Tom Ballard et Daniele Nardi devant leur tente sur les pentes du Nanga Parbat

La rédactionLa rédaction

  • 4 mars 2019
  • 1 minute

Nanga Parbat : la dernière chance, si elle existe

Disons-le, retrouver le Britannique Tom Ballard et l’Italien Daniele Nardi vivants tiendrait désormais du miracle. Les deux alpinistes ont disparu des radars depuis le 24 février sur les pentes du Nanga Parbat, plus haut sommet entièrement au Pakistan qui culmine à 8 125m. Ce 24 février est la date du dernier contact succinct avec l’équipe du camp de base 3. Leur dernière position connue se situait entre le Camp 3 et 4, à environ 6300m d’altitude. La météo, exécrable depuis leur arrivée dans la région en décembre dernier, ne s’était…

Lire la suite